// vous lisez...

Anecdotes

Sécurité de données et marrons grillés…

Il y a quelques semaines, je me suis baladé dans le jardins des Tuileries avec mes parents, de passage à Paris.

Mon « pôpa » a cédé à l’un de ses petits plaisirs : grignoter des marrons grillés. Vous voyez lesquels ? Ceux que l’on achète à des vendeurs ambulants, qui font cuire les marrons en utilisant des bidons remplies de charbon, posés dans des caddies.

Marrons grillés (de Mireille)

Marrons grillés (de « Mireille »)

Enfin bref.
Il demande donc un cornet, le vendeur prend une feuille de papier dans un tas posé dans son caddie. Il sert des marrons, tout va bien.
C’était très bon. Pas de soucis de ce côté.

A ce stade, vous devez vous demander quel peut être l’intérêt de ce post sur le blog Cogoobi !
Hé bien j’y viens.

Le cornet fini, nous nous sommes rendus compte que la feuille n’était pas vierge. Cette feuille était en fait le résultat d’une impression et comportait donc des informations, des données tabulaires et même des annotations à la main.

Je ne sais pas comment le vendeur a eu cette feuille. Peut être l’a t-il récupéré dans une poubelle destinée au tri papier, peut être des « complices » sont ils chargés (lors du ménage par exemple) de mettre de coté les feuilles de brouillons jetées, …
D’ailleurs, finalement, peu importe.

Ce qu’il faut retenir, c’est que quand vous jetez une page, celle-ci ne vas pas forcément finir broyée, brulée ou abandonnée à jamais.
Jeter n’est pas détruire et, potentiellement, vos informations se retrouvent très facilement dans les mains d’inconnus !

Inutile de céder à une paranoïa quelconque mais ceci doit néanmoins vous faire réfléchir : si vous devez vous séparer de pages de données importantes et/ou confidentielles, n’hésitez pas à utiliser un broyeur, ou tout du moins à les détruire correctement (et par vous même).

D’ailleurs, vous y faites attention ? Disposez vous d’un déchiqueteur de papier dans votre bureau ?

Discussion

3 commentaires pour “Sécurité de données et marrons grillés…”

  1. Il est vrai que la non prolifération des informations et très difficile à maîtriser. Dans mon cursus scolaire, j’ai eu un enseignant qui travaille pour le Ministère de la Défense… Bon lui en même temps il est extrémiste et voit le mal partout. Mais il n’en reste pas moins vrai qu’il faut faire extrêmement attention à sécuriser au maximum les canaux de communication que nous utilisons. J’ai un autre exemple en tête (commun à une plus grande partie de la population que le cornet de marron je pense :) ), c’est le TGV. J’ai été en déplacement assez régulièrement sur la région nantaise et il est incroyable de voir le nombre de personne qui travaille sur leur ordinateur sans se soucier des entités qui les entourent, le nombre de personne qui annonce des résultats financiers, des plans de licenciements, des informations sur de futurs prospects au téléphone… L’espionnage industrielle (car elle existe, surtout depuis l’avènement d’Internet) tend à exploiter de plus en plus ce genre de lieu a priori anodin mais véhiculant un grand nombre d’information parfois stratégique.

    Posté par Patrice | février 20, 2009, 16:02
  2. Effectivement, il y aurait moultes histoires d’espionnage au quotidien ! Celle du train est particulièrement représentative.

    Dans les deux cas, ce qui est très intéressant c’est que les gens ne sont pas « conscients » qu’il y a potentielle fuite de données.

    Pour compléter l’exemple du cornet de marrons, une solution tout simple pour éviter ce genre de fuites est… de ne pas imprimer de données ! J’ai récemment lu un article sur ce thème (faut juste que je retrouve le lien ^^).

    Avez vous d’autres anecdotes sur ce thème ?

    Posté par Thomas Malbaux | février 22, 2009, 14:18
  3. Merci pour la mise en garde..
    malgré tout je pense que les gens font de plus en plus attention à l’utilisation du papier (apres on es 2014 aussi ) avec l’avènement du « cloud ».
    Pour le TGV vous savez hein ca passe mieux de montrer qu’on taffe comme un ouf même dans le train donc voila :-)

    Posté par Annie | mars 27, 2014, 17:37

Poster un commentaire